Des communautés africaines d’innovation de plus 450.000 personnes co-créent et approuvent le “Africa Innovation Police Manifesto”

Le 9 Mai 2018 – Kigali, Rwanda.

Quoi: Le Manifeste de la politique d’innovation en Afrique (i4policy.org/manifesto) a été co-créé et approuvé lors de la Convention du Centre d’Innovation Africain (# AIHC18) organisée en marge du Sommet Transform Africa (# TAS2018).

Mise en évidence de certaines recommandations politiques:

  • Faciliter la mobilité intercontinentale des Africains
  • Adopter la Déclaration Africaine sur les Droits et Libertés Internet
  • Simplifier l’environnement réglementaire notamment ouvrir et fermer une entreprise et payer des impôts doivent être plus faciles et moins onereux et les amendes réduites
  • Redéfinir les programmes d’éducation avec une large coalition de partenaires, tels que les laboratoires et les espaces civiques, pour mettre l’accent sur la pensée critique et les compétences numériques, entre autres
  • Investissement accru en R & D pour accélérer l’innovation locale

Qui ?: 90 hubs de 32 pays avec des communautés de plus de 450 000 innovateurs à travers le continent ont approuvé le Manifeste de politique d’innovation en Afrique (dès ses premières 24 heures, voir ci-dessous, “qu’est-ce qu’un hub?”). En outre, les principaux réseaux de hub sur le continent ont signé: Afrilabs, le Global Innovation Rassemblement, Impact Hub Africa, Jokkolabs Global, MEST, rLabs et Womanity. En outre, de nombreux affiliés et sympathisants ont approuvé le document.

Comment ?: Un groupe restreint de leaders de l’innovation s’est réuni à Impact Hub Kigali en marge du Sommet Transform Africa pour co-créer le manifeste. 48 leaders de l’écosystème de 25 pays africains, dont 56% de femmes et représentant les principaux groupes linguistiques du continent (wolof, swahili, anglais, français, arabe, portugais, malgache, entre autres) se sont rencontrés lors de la Convention.

Ces 48 participants ont co-écrit et approuvé à l’unanimité (avec zéro abstention) le Manifeste de politique d’innovation en Afrique (i4policy.org/manifesto) au cours d’une réunion de deux jours, puis l’ont distribuée à leurs pairs. Fait important, le processus d’élaboration et d’approbation du manifeste était un processus ascendant reflétant la gouvernance et le travail des centres d’innovation communautaires eux-mêmes.

Les sujets ont été développés par des représentants nommés par la communauté. La communauté de l’innovation a fourni une traduction par les pairs en temps réel, du mentorat et du leadership. Les organisations partenaires et les supporters avaient le statut d’observateurs» lors de l’événement et n’ont pas participé directement aux délibérations.

Quand ?: Lors de l’African Innovation Hub Convention, tenue les 6 et 7 mai au Impact Hub Kigali en marge du Sommet Transform Africa.

Communiqué de presse

Les dirigeants et les responsables de centres/communautés d’innovation africains venant de 45 hubs de 25 pays se sont réunis au Impact Hub de Kigali, au Rwanda, pour co-concevoir de meilleures politiques d’innovation et d’entrepreneuriat. La “African Innovation Hub Convention” a abouti à un manifeste politique conjoint qui a été approuvé à l’unanimité par les gestionnaires de hubs présents. Ce manifeste cible les décideurs politiques africains aux niveaux national et régional. Vingt-quatre heures après avoir été approuvé à Kigali, un total de 90 hubs issus de 32 pays soutiennent le manifeste et représentent plus de 450 000 personnes dans leurs communautés.

L’événement a été organisé en marge du Sommet Transform Africa à Kigali (8-9 mai). Sous le thème «Accélérer le marché unique numérique en Afrique», le sommet rassemble la plus grande communauté d’acteurs de l’espace TIC du continent pour discuter du rôle et de la puissance des technologies numériques, notamment l’Internet des objets (IoT), Big Data, Artificial Intelligence, réalité virtuelle et augmentée, entre autres.

Un groupe très diversifié de responsable de hubs a assisté à la “African Innovation Hub Convention” les 6 et 7 mai, avec 56% des participants étant des femmes et les principaux groupes linguistiques du continent représentés, y compris le wolof, le swahili, l’anglais, Arabe, Portugais, Malgache, parmi beaucoup d’autres. Pendant deux jours, les participants ont organisé des séances de travail ciblées pour discuter des principaux domaines de politique publique et co-écrire le communiqué de presse d’i4policy en vue d’accélérer la transformation numérique et de contribuer à un développement plus équitable, inclusif et durable des économies et des sociétés. Les participants ont pris la responsabilité des séances en dirigeant et en animant les discussions ainsi qu’en faisant du bénévolat pour traduire pour leurs pairs francophones.

La première version de la vision d’i4policy a été rédigée en octobre 2016 lorsqu’un petit groupe de pôles d’innovation africains, de blogueurs, d’entrepreneurs et de catalyseurs communautaires s’est réuni à Kigali pour discuter de leurs défis en matière de politique publique. Le manifeste actuel a été réalisé grâce à des discussions collaboratives, avec la participation des responsables du pôle d’innovation physiquement présents à l’événement, ainsi que des communautés participant virtuellement à travers tout le continent.

Le manifeste politique se concentre sur sept domaines clés: éducation, recherche et le développement; infrastructure numérique; espaces publics multidisciplinaires; enregistrement d’entreprise; le financement de l’innovation et de l’entrepreneuriat; les marchés locaux et régionaux; et les systèmes de taxation.

L’ “African Innovation Hub Convention” a également été l’occasion pour les dirigeants des réseaux et associations de hubs actifs sur le continent de partager leurs travaux et progrès avec le rassemblement, en vue de renforcer les réseaux existants et les liens entre les communautés d’innovation sur le contenu et les visions politiques. Les participants ont pris connaissance de l’existence d’AfriLabs d’Anna Ekeledo, Vicy Wenzelmann de Global Innovation Gathering, Emily Sheldon d’Impact Hub Africa, Alex Ntale de la Chambre rwandaise des TIC, Karim Sy de JokkoLabs et René Parker de rLabs, et bien d’autres encore.

Rym Jarou, Responsable Talent et Renforcement des Capacités de Smart Tunisia, a expliqué comment son équipe et elle ont réussi à faire adopter le “Startup Act” et a partagé les enseignements tirés de ce processus qui peut servir d’exemple utile pour les écosystèmes startups et leurs décideurs respectifs à travers le continent. Jarou a recommandé à ses pairs politiques de croire aux jeunes, car ils peuvent vous apporter des solutions. Elle souligne en outre l’importance d’impliquer toutes les parties prenantes, ce qui «garantit deux choses: la mise en œuvre et l’adhésion». Son homologue de l’écosystème de l’innovation, Walid Hached de Cogite, un important espace de coworking à Tunis, se tenait aux côtés de Jarou et partageait la perspective de l’écosystème, soulignant «l’approche ascendante étonnante» pour développer la politique.

“Il est temps d’innover en terme de politiques économiques en Afrique”, a déclaré Markos Lemma de Ice Addis, en Ethiopie. “Nous ne demandons plus à nos gouvernements de nous écouter, mais nous travaillerons avec eux pour co-créer des politiques qui fonctionnent pour la communauté de l’innovation.” Ce n’est pas une relation d’offre et de demande que nous voulons avoir avec les décideurs politiques. On veut avoir une relation de coopération et de collaboration. “

Parmi les autres points forts de la Convention, citons Charles Hoskinson, PDG de l’IOHK et co-fondateur de Blockhains Cardano et Ethereum, Jean Philbert Nsengimana, conseiller spécial pour le Secrétariat de Smart Africa, ainsi que des performances d’artistes rwandais.

Le rassemblement central était co-organisé par i4policy, Jamaafunding, Kumasi Hive, l’African Agribusiness Incubator Network et Impact Hub Kigali avec le soutien de l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF), du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), de la Banque Africaine de Développement. Groupe (BAD), Deutsche Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit (GIZ), Input Output, et le Secrétariat Smart Africa, organisateurs de Transform Africa. La Commission de l’Union africaine a assisté en tant qu’observateurs.

Dans de nombreux pays africains, il y a tellement d’obstacles à la croissance dans les petites et moyennes entreprises, comparé à d’autres parties du monde, et cela devient encore plus difficile pour les startups innovantes qui utilisent des technologies que la législation actuelle ne prévoit pas. Elhassan, à la Banque africaine de développement. “Notre mandat à la Banque africaine de développement est de favoriser une croissance inclusive pour les économies de nos Etats membres. Mais une approche descendante théorique n’est plus suffisante pour guider les gouvernements qui se tournent vers nous pour obtenir des conseils. Interagir avec les innovateurs et les entrepreneurs dans le contexte de cette délibération politique ascendante nous donne l’occasion d’utiliser notre pouvoir de convocation pour recommander des interventions politiques qui servent au mieux les intérêts pour lesquels elles sont destinées », a-t-elle déclaré.

L’Alliance i4policy a commencé à formaliser une structure juridique, une structure de gouvernance ascendante et des valeurs. Un deuxième rassemblement sera organisé plus tard dans l’année pour valider la structure juridique et, surtout, offrir une formation pratique ascendante aux gestionnaires de centres sur les méthodologies d’appui aux politiques élaborées par la communauté. Par exemple, Kumasi Hive, avec 29 autres centres au Ghana, a créé le réseau Tech and Business Hubs (TBHN) pour travailler avec le gouvernement afin d’améliorer l’environnement réglementaire de l’innovation.

L’année dernière, Impact Hub Kigali a également développé une méthodologie de hackathon politique pour soutenir le développement de la prochaine stratégie septennale de développement du secteur privé et d’emploi des jeunes du Rwanda. Civic Innovation Lab et Impact Hub Lagos, en collaboration avec i4policy, ont récemment contextualisé la méthodologie du hackathon politique et organisé des événements à Abuja et à Lagos pour collaborer avec le Bureau de l’innovation et de l’entrepreneuriat dans les TIC. Cette méthodologie et d’autres seront développées en mode “boite à outils” pour soutenir l’engagement politique au niveau national afin de mettre en pratique ce manifeste.

Point clés: Définitions et vidéos de l’ #AIHC18

Qu’est-ce qu’un Hub? I4policy définit les hubs comme étant «des espaces ascendants, ouverts et inclusifs qui attirent des communautés diverses et des connaissances hétérogènes, facilitent la collaboration, accroissent les opportunités et catalysent l’innovation sociale et technologique».

Fondamentalement, les hubs sont une gamme très variée d’animateurs communautaires qui soutiennent l’innovation et l’entrepreneuriat par la formation, la facilitation et la collaboration: incubateurs, accélérateurs, espaces de coworking et centres de formation.

“Pourquoi une Convention Hub?” L’idée d’accueillir un rassemblement de centres d’innovation est née lors d’un événement Startup organisé par le Département du commerce et de l’industrie de la Commission de l’Union africaine au Caire en décembre 2017. Reconnaissant le rôle important que jouent les pôles d’innovation, les participants ont suggéré la création d’une association de centres d’innovation. Les gestionnaires de hub représentés, Jorge Appiah de Kumasi Hive et Jon Stever de Impact Hub Kigali, ont encouragé un plus grand rassemblement de hubs pour valider cette ambition. Les participants ont sélectionné des leaders de la société civile et du secteur privé lors de la réunion pour former un groupe de travail d’experts sur les pôles d’innovation, dirigé par i4policy, pour organiser la réunion du centre. Les membres de l’Union Africiaine ont assisté à l’AIHC18 en tant qu’observateurs, et les responsables du centre ont l’intention de continuer à soutenir l’Union Africaine pour mettre en place des mécanismes de conseil politique.

La présentation Tunisie #StartupAct au # AIHC18: https://www.facebook.com/i4Policy/videos/911595899020812/

Présentation des réseaux actifs et des associations de pôles d’innovation:

https://www.facebook.com/i4Policy/videos/911079549072447/

Organisations and Partenaires

i4policy est une alliance de pôles d’innovation et de catalyseurs communautaires qui aident les gouvernements à améliorer les politiques d’innovation, d’entrepreneuriat et d’emploi des jeunes. Voir http://i4policy.org

Secrétariat de Smart Africa

SMART Africa est une initiative audacieuse et novatrice visant à accélérer le développement socio-économique durable sur le continent et à introduire l’Afrique dans l’économie du savoir grâce à un accès abordable au haut débit et à l’utilisation des technologies de l’information et de la communication.

Le Secrétariat de Smart Africa a fourni des laissez-passer gratuits à plus de 300 gestionnaires de hub à travers l’Afrique pour le Sommet Transform Africa et pour soutenir leur participation à la Convention du Hub de l’Innovation en Afrique.

Le Transform Africa Summit est un événement annuel organisé par le Secrétariat de Smart Africa, cette année sur le thème «Accélérer le marché unique numérique de l’Afrique» afin de promouvoir l’adoption rapide de l’AfCFTA concernant l’infrastructure de données et la transformation numérique. Voir http://transformafricasummit.org/.

La Deutsche Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit (GIZ) est l’agence de développement allemande qui fournit des services dans le domaine de la coopération internationale au développement. La GIZ a soutenu la participation des gestionnaires de hub à travers le continent.

Solutions numériques pour le développement durable (DSSD)

Make-IT in Africa est un projet pilote qui vise à construire des écosystèmes d’entreprises qui soutiennent l’évolution des start-ups technologiques vers des entreprises «exploitables» et investissables en Afrique subsaharienne. Make-IT a déjà soutenu le travail sur la politique i4 au niveau national au Nigéria.

L’innovation, l’emploi et le développement économique régional (IDEE) visent à améliorer la performance économique des entreprises en Tunisie pour plus d’emplois et des revenus plus élevés.

L’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) est l’une des plus grandes zones linguistiques du monde. Ses membres partagent plus qu’une langue commune. Ils partagent également les idéaux humanistes promus par la langue française. L’OIF a soutenu la documentation de l’événement (film et photographie) ainsi que le temps du personnel pour organiser et produire l’événement, y compris la traduction des documents clés en français.

La Banque africaine de développement (BAD) est la première banque multilatérale de développement en Afrique, engagée dans la promotion du développement économique et du progrès social de ses pays membres régionaux. La BAD a soutenu l’inclusion et a soutenu la participation des femmes leaders communautaires à travers le continent pour atteindre la parité entre les sexes.

Le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) s’efforce d’éradiquer la pauvreté et de réduire les inégalités grâce au développement durable des nations dans plus de 170 pays et territoires. Le Centre régional de services du PNUD pour l’Afrique a soutenu la participation de plusieurs gestionnaires.

Input Output (IOHK) est une société technologique engagée à utiliser les innovations peer-to-peer pour fournir des services financiers aux trois milliards de personnes qui n’en ont pas. Voir https://iohk.io/about/. IOHK a soutenu l’événement public, Be The Change, son co-fondateur et PDG ont pris la parole lors de l’événement, et ils ont généreusement augmenté leur soutien pour fournir la restauration, l’espace et l’impression des matériaux pour la Convention Hub.

R0g, agence pour la culture ouverte et la transformation à Berlin, met en pratique les mécanismes des méthodologies de culture ouverte durable. R0g a soutenu la présence de leaders de l’innovation du Soudan du Sud.

Impact Hub Kigali (IHK) est un centre d’innovation communautaire de Kigali, au Rwanda, fondé en 2015. Il est né de The Office, le premier centre d’innovation à but lucratif en Afrique de l’Est, qui est devenu un hub d’innovation. Impact Hub Kigali pense que l’innovation vient de l’intersection de nouvelles idées et perspectives et de compétences et que l’action clé est l’accélération de l’interaction sociale et de la sérendipité. IHK dirige des programmes sur l’innovation matérielle et logicielle pour le changement social, forme des étudiants universitaires sur les compétences commerciales, a un espace de coworking et organise et accueille une grande diversité d’événements allant des festivals de films aux festivals de musique en passant par les tables rondes politiques. IHK a accueilli la Convention sur le Hub de l’Innovation en Afrique sous son toit, a fourni un soutien organisationnel, et son Directeur Général a dirigé le Groupe de Travail d’Experts de la CUA sur les Centres d’Innovation.

Kumasi Hive est un centre d’innovation offrant un accès aux outils, à la technologie et au soutien aux entreprises pour les innovateurs et les entrepreneurs au Ghana. À travers ses espaces de coworking, de formation et d’événementiel, elle soutient les innovations locales et promeut l’entrepreneuriat des jeunes comme moyen de relever les défis sociaux, économiques et de développement. Kumasi Hive a soutenu l’organisation de l’événement. En outre, le PDG de Kumasi Hive a été nommé au groupe de travail d’experts de l’Union Africaine sur les pôles d’innovation.

Le réseau africain des incubateurs d’entreprises agroalimentaires (AAIN) investit dans des incubateurs membres pour répondre aux besoins des incubés dans un environnement agroalimentaire en constante évolution afin de créer plus d’emplois et de richesse en utilisant des modèles éprouvés d’incubation agroalimentaire. Un conseiller en investissement a été nommé au groupe de travail d’experts de la CUA sur les pôles d’innovation lors de la réunion de décembre au Caire.

JamaaFunding est une plateforme de crowdtiming dédiée aux projets axés sur la solidarité, l’innovation et le développement économique à travers le monde et essentiellement en Afrique. JamaaFunding a facilité la collecte de fonds pour l’événement. En outre, le PDG de JamaFunding a été nommé au groupe de travail d’experts de l’Union Africaine sur les pôles d’innovation.

Voir https://www.jamaafunding.com

Contacts Presse:

Pour plus d’informations, les demandes des médias et les opportunités d’interviews, veuillez contacter:

bankole@lordbanks.com, jon.stever@impacthub.net and mafer@impacthub.rw

Photos

https://drive.google.com/drive/folders/1OOmnX3jatk_vtsVAaYss55psshoplKSP?usp=sharing

0 comments on “Des communautés africaines d’innovation de plus 450.000 personnes co-créent et approuvent le “Africa Innovation Police Manifesto”

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *